Jan 15, 2013 | Anecdotes, Chroniques | 9 commentaires

Compte-rendu des premiers vols

par

Je n’avais pas volé depuis un petit bout de temps…(4 mois au total, ce qui m’aura permis de rédiger mon premier roman qui sera publié chez Libre-Expression à l’automne!) Me voilà maintenant de retour dans les airs. Compte-rendu des premiers vols de janvier.

1- La clientèle

Qui dit janvier dit vols dans le Sud. J’apporte maintenant de joyeux vacanciers se faire dorer la couenne sur une plage idyllique. Les passagers sont donc, en quelque sorte, très différent de mon dernier vol vers Bordeaux. Je dirais que c’est un mélange entre Les Bougon, La Galère et Occupation Double. Un peu de tout, quoi! Ça donne un résultat très intéressant.

2. Les heures de vol

Plutôt que de partir en soirée pour voler toute la nuit vers l’Europe, nous opérons maintenant davantage des vols de jour. Bien sûr, les courriers dans les autres pays existent mais reste que la majorité des vols sont des aller-retour dans la même journée. Nous pouvons donc d’une certaine manière, nous créer une simili routine. Les départs se font donc très tôt le matin ou en après-midi pour revenir tard dans la nuit et avoir la possibilité de retrouver son entrée de garage bloquée par un tas de neige compactée (grrrr!)

Pour ces deux types de vols, il y a deux types d’expérience à bord.

A – Les vols de matin se résument à: lever à 3 am (hum, j’aime moins ça), passagers qui dorment à l’allée (ah, j’aime ça) et au retour, ils boivent moins, ayant pris leur baril d’alcool dans le resort.

B- Vols en après-midi: Un dodo récupérateur. À l’aller, les passagers sont prêts pour les vacances. On peut donc entendre régulièrement des :«Madame! J’peux-tu avoir une bière!» avant le décollage. On s’habitue et on répond: « Désolé, c’est impossible. Seulement après le décollage.» Et on se fait répondre: « Ah! Vous êtes ben pas de party!». Et on dit plus rien… Parce que ça ne sert à rien. Au retour, ils dorment (tant mieux!).

Dans les deux cas, les passagers applaudissent à l’atterrissage. YOUHOU!

3 – La charge de travail

Comme les vols sont maintenant plus courts pour se rendre à la destination, nous n’avons pas de temps pour relaxer. Le positif c’est que les vols passent très très vite. Le négatif c’est que, pour ma part, j’ai mal partout et la journée suivante, j’ai l’air d’une zombie. Mais de toute façon, même après un vol en Europe, je me sens autant zombie. Ça revient donc au même. Il faudrait juste que je m’y fasse.

4. Le melting pot des premiers jours

Voici ce qui me vient en tête en pensant à mes derniers vols

– Des peaux brûlées par le soleil

– Une dame frustrée car son autobus est parti le dernier de l’hôtel. «Ça sert à quoi de voyager avec vous si l’autobus part en dernier de l’hôtel? », m’a t-elle demandé. Je n’ai pas trop compris le rapport entre la compagnie aérienne et l’autobus. Personne n’a de contrôle là-dessus et puis, forcément, un des groupes arrivera en dernier.  Avoir su, j’aurais fait une demande spéciale pour que l’autobus de Madame Unetelle parte en premier…

– Un passager dans la vingtaine avec sa blonde qui lisait un journal style Porno… avec des photos très explicites d’une femme aux gros seins. Désolé, dans un avion, ce n’est pas la place.

– Un passager qui s’est évanoui pour ensuite rester allongé le reste du vol devant la sortie d’urgence. Il s’en est sorti indemne.

-Une femme en pleurs car son mari n’a jamais voulu embarquer à bord de l’avion par angoisse de voler. La femme est partie seule pour leurs vacances. Le bagage du mari a été retiré de la soute et cela a créé un léger retard. C’est pardonné!

Et bien sûr, il y a tous les autres. La femme souriante qui m’a dit merci à chaque fois. La vieille dame qui a souligné son admiration pour notre courage de travailler dans un espace aussi restreint. Le couple à la rangée 44 qui était tellement poli que j’avais le goût de les gâter durant tout le vol. Le passager à 24 H qui était le seul qui était sensiblement “cute” dans l’avion.

Et puis, pour terminer, l’équipage qui sans leur bonne humeur et leurs sujets de conversations inépuisables, ont rendu mon retour au travail agréable. Merci!

Écrit par Elizabeth Landry

Elizabeth Landry est agente de bord et une vraie passionnée de voyage et des sports nautiques. Elle partage son temps entre Cabarete en République Dominicaine, le Québec et les airs. Elle dirige le blogue L’Hôtesse de l’air depuis 2010 et a écrit trois romans à succès du même nom. Sa boutique #FLYWITHME vous fera voyager à travers le monde !
Vous avez aimé cet article? N’Hésitez pas à nous le faire savoir en commentant ci-bas! Sinon, il y a mes livres pour vous divertir!
ou

9 Comments

9 Commentaires

  1. Sylvain

    Chu bien heureux que tu te retrouves en l’air, et encore plus de savoir que je vais lire un jour ton livre. LOL Bon vol!

    Réponse
    • elizabethlandry

      Et bien j’ai bien hâte de voir ce que vous en penserez! Au plaisir!

      Réponse
  2. Yves Destination-Terre

    Au moins, Elizabeth, l’avantage de voyager vers les destinations soleil c’est la bonne humeur des gens! Certains le sont parfois trop mais c’est mieux que les voyages affaires où il y en a beaucoup trop cette fois qui se prennent au sérieux.

    Toujours être gentil avec l’hôtesse, c’est ce que je fais depuis toujours! Et ça comporte certains avantages. Mon vol le plus agréable jusqu’à maintenant fut une liaison Frankfurt-Baku (Azerbaijan) avec Lufthansa. Comme on dit, du service, en veux-tu, en v’la!!!

    C’est le voyage, d’un point de vue service, dont je me souviens le plus. Pour justement, et ce à cause du service, m’en souvenir le moins…

    Réponse
    • elizabethlandry

      Ah mon cher. Si seulement c’était vrai que tout le monde est heureux quand ils partent en vacances… Je me souviendrai toujours de mon entrevue. La dame m’a demandé pourquoi j’aimerais être hôtesse de l’air. J’ai répondu justement ça. Vous voyagez vers des destinations soleil, les gens sont de bonne humeur… Elle a ri, un rire en coin. Mais tu as raison que lorsque les agents de bord sont sympathiques, nous passons un beau vol. Baku? Tu es chanceux d’être allé là-bas. Bientôt, ça deviendra plus touristique selon condé Traveler. J’irai peut être aussi un de ses 4. À très bientôt et bonne chance avec ta machine à neige pour GoPro:) envoie des photos du résultat!

      Envoyé de mon iPhone

      Réponse
  3. Baya

    Hello Elizabeth!!
    Tout d’abord, je me suis régalée avec ton blog, je l’ai lu entièrement hier soir!! Comme tant d’autres, j’ai quelques questions qui trottent dans ma tête: après chaque vol, généralement combien de temps dure une escale et considères-tu que tu as le temps de profiter des villes que tu visites? Lorsque tu visites ces villes le fais-tu seule ou avec des collègues? Et dernière question, est-il posssible d’alterner entre des courts, des moyens et des longs courriers? Voilà voilà pour mes questions, en attendant avec impatience tes réponses!!

    Réponse
    • elizabethlandry

      Bonjour Baya,
      Merci d’apprécier mon blog:) Cela me fait très plaisir d’entendre cela! Pour tes questions, je vais y répondre selon ma réalité dans ma compagnie. Les voici:

      après chaque vol, généralement combien de temps dure une escale?
      Il y a des vols qui sont seulement des aller-retour et alors après ma journée de travail je retourne à la maison. Sinon, il y en a d’autres que je pars quelques jours et je dors dans quelques villes. Normalement, nous restons 24 heures. Il y a aussi des 48 heures et plus mais ils sont plutôt rares.
      Considères-tu que tu as le temps de profiter des villes que tu visites?
      J’ai le temps si je ne suis pas trop fatiguée. Je visite Paris par exemple, en plusieurs voyages. À chaque fois, je marche un secteur différent ou visite un musée mais c’est plutôt lors des 48 heures que je peux vraiment me gâter.
      Lorsque tu visites ces villes le fais-tu seule ou avec des collègues?
      Quelques fois, je suis seule pour visiter car les collègues n’ont pas toujours les mêmes plans que moi. En général, il y a toujours quelqu’un dans l’équipage près à se joindre à moi ou moi à eux.
      Et dernière question, est-il possible d’alterner entre des courts, des moyens et des longs courriers? oui très possible. Selon l’ancienneté, on choisit et aussi dans un horaire mensuel, il se peut que j’aille un long courrier et quelques courts courriers.

      Voilà! J’espère que je réponds à tes questions. n’hésite pas à me consulter si tu as d’autres interrogations.
      Au plaisir! Elizabeth

      Réponse
  4. MArine

    ton livre portera sur quoi? 🙂

    Réponse
    • elizabethlandry

      Bonjour Marine,
      Mon livre est un roman style chick-lit. L’héroïne Scarlett, célibataire et hôtesse de l’air recherche l’amour mais elle n’est pas prête à se ranger avec n’importe qui par peur d’être seule. Elle tient à conserver ses principes jusqu’au jour où elle tombe sur John, un beau pilote qui remettra en question son système de valeurs. L’amour oui, mais à quel prix? Un roman pour découvrir les dessous de l’aviation avec ses hauts et ses bas:)

      J’espère tu auras envie de le lire:) Sa sortie est prévue au Québec en Septembre mais il sera disponible par iBook aussi. Je vous tiendrai informé!
      Au plaisir!
      Elizabeth

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer…

Les 10 règles d’or pour devenir agent de bord au Québec

Les 10 règles d’or pour devenir agent de bord au Québec

Toute compagnie aérienne recherche l'employé idéal et cet employé pourrait être vous! Comment donc faire pour être embauché et enfin voler à 36 000 pieds d'altitude? Voici 10 règles qui vous guideront lors de l'entrevue jusqu'à effectuer votre premier vol en tant que...

lire plus

Partagez!

Faites voyager vos amis en partageant cet article!