Juin 28, 2020 | Anecdotes, Chroniques | 0 commentaires

Souvenirs d’escale: Une coquerelle en cavale

par

Je venais tout juste de mettre les pieds en Australie pour la première fois. Le soleil plombait déjà à 7 h du matin. Jʼétais reposée, ayant dormi quelques heures lors de notre pause mi-vol.

Arrivée à lʼhôtel, je ne pouvais pas croire la chance que jʼavais de vivre tout ça et, qui plus est, dʼêtre payée pour découvrir le bout du monde. Mon bonheur grandit dès que j’ouvris la porte de ma chambre. Il y avait un immense lit et un balcon qui donnait sur la ville qui se réveillait tout juste.

Sydney

Jʼouvris grand le rideau et laissai entrer lʼair chaud et réconfortant par la porte-patio. Les pilotes mʼavaient invité à me joindre à eux pour une randonnée. Jʼenfilai donc mes vêtements de sport et mes chaussures de course. Je décidai de laisser la porte ouverte pour que ma chambre soit bien aérée à mon retour. Erreur de débutante…

Avez-vous votre pantalon Bali?

Pour un look bohème chic!

Après une journée à admirer lʼocéan, la flore et les attraits touristiques de Sydney, les quatre pilotes et moi avons regagné la rive gauche à bord dʼun traversier. Puis, nous avons mangé dans un restaurant thaï qui était délicieux et nous avons bu plusieurs bières. Le coeur heureux, la peau dorée par le soleil et la tête remplit de beaux moments, je suis retournée à lʼhôtel.

Je vivais une telle gratitude envers mon emploi et cette escale à Sydney était la plus belle qui soit.

Dans le lobby de l’hôtel, on y vendait des sacs de popcorn et je me suis vite imaginée en train de regarder un bon film pour terminer en beauté la journée. Arrivée à ma chambre, jʼai couru sous la douche pour rincer lʼeau saline sur ma peau, j’enfilai mon pyjama et je me suis assurée que mon uniforme était bien pressé en vue du vol de retour.

Je me faufilai sous les draps et savourai mon délicieux popcorn. Lʼune des chaînes de télé venait tout juste de mettre en onde une reprise de Monster-in-Law, le classique film de filles de Jennifer Lopez. Tout était parfait!

Route en Australie

Soudainement, le rideau orange qui sʼétendait dʼun bout à lʼautre de la chambre, semblait bouger. Un peu de vent, me suis-je dit, ou les multiples bières de lʼaprès-midi qui brouillaient ma vision ? Peut-être devrais-je fermer la porte pour la nuit ?

Avant même que je ne puisse me lever, je remarquai une IMMENSE COQUERELLE qui descendait entre les plis du rideau. Je figeai net, mais après réflexion, c’était hors de question que je règle ce gros problème par moi-même ! J’appelai la réception.

«  Madame, il y a une énorme coquerelle dans ma chambre ! Je ne sais pas quoi faire, je suis dans la chambre 123 », dis-je paniquée.

Elle me répondit, sans lʼombre dʼun sentiment dʼurgence, que quelquʼun passerait dʼici peu.

Je me recroquevillai sous le lit et gardai les yeux rivés sur la bestiole pour mʼassurer quʼelle ne sʼapprocherait pas de moi. Les minutes passèrent, elle se déplaça un peu, mais resta accrochée au même bout de tissu. Mais où était passée cette personne qui devait me sauver ?

Je rappelai la réception, presque hystérique cette fois et on mʼassura que quelquʼun était en route vers ma chambre.

Trois coups à la porte se firent entendre. Je traversai les 3 mètres qui séparaient le lit de la porte, les yeux toujours fixés sur lʼennemi.

Un homme, pas plus haut quʼun enfant de 10 ans, me sourit et brandit une serviette au logo de lʼétablissement.

« Je suis Kai. Un problème madame ? » me dit-il avec un fort accent Thaï.

Je pointai lʼendroit où la coquerelle s’était relaxée ses dernières minutes, mais elle nʼy était plus ! Je fus traversée par un grand frisson et quasi je fondis en larmes.

Le petit homme thaïlandais souriait toujours et fit virevolter le rideau. Quelque chose tomba au sol et se mit à crouler. AHHHH !

À ma grande surprise, Kai plongea vers la bête qui me paraissait de plus en plus géante et lʼattrapa sous sa petite serviette.

« Good now ? », me demanda-t-il souriant.

« Yes. Yes… No more, right ? » mʼinquiétai-je.

« I donʼt know, maybe », dit-il avant de quitter ma chambre.

Le doute qu’une autre grosse coquerelle se trouvait toujours quelque part dans ma chambre ne m’aida pas à trouver sommeil.
Le vol de retour n’allait pas être de tout repos…

Écrit par Amélie Auger

Amélie est une avide voyageuse depuis toujours et agente de bord depuis 5 ans. Amoureuse des mots et des mille et une saveurs culturelles, elle parcourt le monde à la recherche de sa prochaine aventure, son tapis de yoga sous le bras. Ses escales préférées comptent New Delhi, Sydney et la ville de Mexico mais, à ses yeux, il n’y a pas une ville plus envoûtante que Barcelone. Originaire de Montréal et ayant vécu à Paris, elle a élu domicile à Vancouver sur la côte ouest canadienne.
Vous avez aimé cet article? N’Hésitez pas à nous le faire savoir en commentant ci-bas! Sinon, il y a mes livres pour vous divertir!
ou

0 Comments

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer…

Les 10 règles d’or pour devenir agent de bord au Québec

Les 10 règles d’or pour devenir agent de bord au Québec

Toute compagnie aérienne recherche l'employé idéal et cet employé pourrait être vous! Comment donc faire pour être embauché et enfin voler à 36 000 pieds d'altitude? Voici 10 règles qui vous guideront lors de l'entrevue jusqu'à effectuer votre premier vol en tant que...

lire plus

Partagez!

Faites voyager vos amis en partageant cet article!