Journée à la rivière à Cabarete et apprendre à faire du macramé

Journée à la rivière à Cabarete et apprendre à faire du macramé

Les activités nautiques sont multiples à Cabarete. Surf, KiteSurf, visite des caves et pourquoi pas une journée à la rivière?

À seulement 15 minutes environ de Cabarete, se trouve la rivière Yasica très prisée des familles dominicaines lors d’une journée chaude.

Je commence aussi à aimer y passer l’après-midi alors j’ai pensé vous en parler.

Pour vous rendre prenez un guagua (petit bus local) ou un taxi jusqu’à Sabaneta et ensuite vous pouvez prendre un motoconcho jusqu’au pont de Los Brazos. 

N’hésitez pas à me contacter si vous désirez plus d’infos ou organiser une activité, si je suis dans le coin je me ferai un plaisir de vous aider pour le choix d’un tour approprié. 

Apprendre le macramé

Lors que la pandémie a commencé, je me suis mise à faire du macramé.

J’ai appris beaucoup avec les tutorials de Lots of Canada et en cherchant sur Youtube ou Pinterest des vidéos qui m’inspiraient.

L’une de mes premières pochettes, je l’ai apprise avec ce vidéo ci.

Pour ma corde de macramé, j’utilise celle de Pandaman. Elle fait 4 mm et est d’une blanc crème que j’aime beaucoup.

Sur ce, voici donc ma dernière vidéo de mes aventures à Cabarete, en République Dominicaine.

À très bientôt!

Elizabeth

Voyage à Monte Cristi – Quoi faire comme activité?

Voyage à Monte Cristi – Quoi faire comme activité?

Vous prévoyez un voyage dans le nord de la République Dominicaine? Pourquoi ne pas visiter la région de Monte Cristi à seulement 3 heures de route de Puerto Plata?

J’y suis allée deux jours pour changer un peu d’air et j’ai vraiment adoré! Je vous ai préparé un court vidéo de mon escapade ci-bas.

Voici un résumé de notre visite:

  • Dodo à l’hôtel Los Jardines – un hôtel de 4 chambres avec cuisine commune pour chaque petite maison. L’hôtel est situé en front de mer à distance à pied de la ville et des restaurants. Propre, confortable et très abordable. Environ 26$US la nuit.

 

  • Parc National El Morro – Ici vous pouvez faire de la randonnée sur l’une des deux montagnes qui offrent une vue imprenable sur l’île Cabra juste en face. La plage de El Morro est également très belle et offre un setup de feu pour prendre de belles photos!

 

  • Isla Cabra – Nous avons loué un bateau pour passer la journée sur l’île. Ici vous pouvez faire de la plongée en apnée pour admirer la faune marine. Allez également voir les marais salants qui sont d’un rose incroyable. Le tour inclus normalement la visite des mangroves à proximité. Une très belle activitié à ne pas manquer! Pensez à préparer un lunch!

@mipasta_cabarete avec le pantalon Bali en gris

 

  • À notre retour, nous avons fait un arrêt gourmand à la Pescaderia Parada Jhoan dans la ville de Maimon. Une institution près de Puerto Plata en ce qui a trait à préparer le poisson.

Un roadtrip qui en valait la peine! J’espère que ce court article vous aura donné le goût de découvrir cette région de la République Dominicaine!

Bon voyage!

Elizabeth xoxo

 

Quand des agentes de bord se réinventent: Bienvenue à bord du café Le Norman Zotique!

Quand des agentes de bord se réinventent: Bienvenue à bord du café Le Norman Zotique!

La pandémie aura affecté la planète entière et le milieu de l’aviation a été durement touché. Les vols ont été suspendus. Les membres d’équipages mis à pied.

Pourtant, certains d’entre nous ont décidé de se réinventer. C’est le cas de Catherine Fabi et de Sarah Léveillé, deux agentes de bord ainsi que deux mécaniciens en aéronautique, Joao Melo et François Dupuis.

Ensemble, ils ont décidé d’utiliser ce temps libre hors du commun pour concrétiser un rêve : un joli café coin rue de Normanville et rue Sainte-Zotique : le Norman Zotique !

photo par @russellandraw

 

 

« C’est drôle comment les choses peuvent changer rapidement! » ,  m’explique Catherine, « On allait se marier en mai aux Açores, François et moi, mais finalement à la place on s’est enregistré une compagnie ! »

Le voyage aux Açores sera reporté, mais rien n’empêche aux quatre propriétaires issus du milieu de l’aviation de faire voyager leurs clients.

Catherine Fabi, agente de bord et copropriétaire du Norman Zotique (photo @russellandraw)

 

Une section dans le café est d’ailleurs réservée à des produits confectionnés par des agents de bord. De tricots faits à la main aux tisanes maison de Herbanie en passant par les biscottis de l’agent de bord Emmanuel Souki.

 

Et que feront-ils lorsque les vols reprendront ?

« Pour le moment, je crois que j’en ai pour au moins un an sans voler alors j’ai encore du temps pour y penser », m’annonce Catherine, tout de même sûre qu’un jour elle retournera dans les airs. 

« Je n’ai jamais travaillé autant depuis que je travaille au café! », m’annonce-t-elle en riant.

C’est certain que ça change des escales à Paris !

En attendant, venez faire escale au Norman Zotique pour vous régaler, relaxer ou seulement saluer mes collègues dans l’aviation !

 

Adresse:
1251 Rue St-Zotique Est
Montréal, Canada
H2S 1N8

Pour les suivre sur Facebook ou Instagram

Souvenirs d’escale: La leçon de vie de Madame Crown Royal

Souvenirs d’escale: La leçon de vie de Madame Crown Royal

En route vers Manchester. À 36 000 pieds au-dessus de l’Atlantique. On s’affaire au Duty Free. Vous savez le moment où l’on passe dans l’allée avec notre magazine de produits à vendre et qu’en annonçant DUTY FREE à voix haute à travers l’avion, nous vous réveillons et vous bondissez d’un trait sur votre siège?

Du gros plaisir! Pour vous et pour nous. Je parle pour moi en tout cas. Car de la liste des choses dont je ne suis vraiment pas frivole c’est bien faire le DUTY FREE.

Bon, disons-le, temps-ci je le ferais bien avec plaisir, mais revenons à nos moutons. Duty Free. Accrochage de coudes en remontant l’allée et boom, une cliente!

« What can I get you? », demandai-je à la vieille dame qui vient de m’arrêter.

« May I have two Crown Royal please », me demande-t-elle avec politesse dans son accent anglais.

Whisky Crown Royal

Je regarde sur le dessus du chariot si le Crown Royal s’y trouve, mais il n’y est pas. Je me penche pour vérifier dans les tiroirs situés de mon côté. Niet.

« As-tu du Crown Royal toi? », demandai-je à ma collègue de l’autre côté du trolley.

Julie se penche à son tour pour vérifier. Premier tiroir. Deuxième tiroir. Dernier tiroir. Tout au fond. Elle pousse les sacs en plastique pour vérifier en dessous. Ils tombent par terre. Elle les remet à sa place avec sûrement quelques poussières. « Dix minutes » plus tard, la broue dans le toupet, elle se relève. Négatif. Pas de Crown Royal dans notre chariot.

C’est là que le fun commence. Je descends l’allée pour aller rejoindre l’autre équipe de Duty Free sur le deuxième chariot. Pas de Crown Royal ici non plus. Le hic c’est qu’il y a un troisième chariot rangé à l’arrière rempli de produits en extra. Exactement ce que je redoutais. Pas le choix, je dois aller vérifier.

La pression monte…

J’arrive à l’arrière. Nicolas, l’agent de bord responsable de la galley arrière est en train de ranger ce qu’il reste du dernier service de repas. Des cannettes à semi-remplies sont éparpillées partout sur les comptoirs. Un gros sac d’ordures attend d’être rangé dans un chariot. Je n’ai évidemment pas choisi le bon moment pour faire ma recherche.

« Scuse, je dois vérifier si on a du Crown Royal » lui annonçai-je en retirant de son emplacement l’autre trolley DUTY FREE.

Nicolas soupire. À peine notable, mais je l’ai entendu. Nicolas est l’un de ceux qui pensent que la galley est SA galley parce qu’il en est responsable pour cette portion de vol. Et quiconque qui s’incruste le dérange. Je ne m’en contrarie pas pour le moment et je m’attaque plutôt à trouver ce Crown Royal au plus vite.

Tout agent de bord qui se respecte sait que je saute ici une étape additionnelle dans la description de cette aventure du DUTY FREE. Les cadenas! Mais pour faire rapide, on va sauter cette explication et s’imaginer que le chariot était débarré et que j’ai déniché les deux Crown Royal de la vieille dame en un temps record…

« There you go », lançai-je en remettant les deux bouteilles d’alcool à la passagère assise à 7 C. (oui je me souviens de son siège…)

La dame âgée récupère le sac et visiblement heureuse de son achat me tend plusieurs billets de 20$.

« Oh désolé, dis-je, nous n’acceptons que la carte de crédit ».

« Really? »

La vieille dame semble désorientée, légèrement confuse. De son accent anglais que j’arrive à peine à comprendre, elle m’explique qu’elle ne possède pas de carte de crédit.

«C’est que nous n’acceptons pas l’argent comptant, madame », précisai-je.

Pour ceux qui ont déjà vu Les pages de notre amour (The NOTEBOOK), Madame Crown Royal ressemble à la vieille dame du film. Donc, imaginez mon cœur qui se rompt quand elle m’explique avec déception voire une tristesse apparente comment elle voulait rapporter ce whisky canadien en Angleterre, un souvenir de son séjour au Canada.

Sans compter, la misère que je me suis donnée pour lui trouver ses deux bouteilles.

C’est là que je décide d’accomplir l’interdit. Je lui offre de payer son achat avec ma carte de crédit.

Accusez-moi. Mettez-moi en prison. MEA CULPA. En voyant le sourire accroché au visage de cette dame, j’ai su que j’avais fait la bonne chose et qu’à l’occasion, déroger de la ligne droite ne fait pas de mal à personne.

PLUS TARD PENDANT LE VOL

Le soleil s’est levé. Nous allons bientôt atterrir à Manchester. Je me rends à l’avant pour une raison quelconque. Avant de traverser le rideau, une main m’attrape le bras.

Pub à Manchester après notre vol

C’est Madame Crown Royal qui m’arrête en me forçant à me baisser. Elle s’approche pour me parler. Elle est tellement belle avec ses sûrement quatre-vingt-dix ans. Cheveux blancs comme neige, un visage qui transmet la sagesse.

« Let me tell you something important my dear », dit-elle. (Laissez-moi vous dire quelque chose d’important ma chère)

Pour me remercier, elle veut me livrer un message. J’ai l’impression qu’elle s’apprête à me livrer le secret d’une vie. De sa vie. D’une vie qui en a long à dire et surtout qui a bien vécu à voir son air serein. Un secret précieux que je veux entendre.

Je tends l’oreille.

« I was refiringtuts in the ottnging and so you are littery and ».

J’ai toujours eu de la difficulté avec l’accent British mais en particulier celui de Manchester. Je lui demande de répéter.

«I was refiringtuts in the ottnging and so you are littery and»

Je frustre intérieurement. Je veux tellement comprendre son puissant message que je lui demande de répéter encore.

Elle répète: «I was refiringtuts in the ottnging and so you are littery and»

Une quatrième fois? Je n’ai pas osé et je ne saurai jamais ce qu’elle voulait me livrer de si important. Son secret restera à jamais gardé à 36 000 pieds dans les airs, quelque part dans cette allée entre le siège 7C et 7D.

Si vous aviez une leçon de vie à livrer laquelle serait-elle?

Pour les fins de l’article, certains faits et noms ont été modifiés. Cet article n’est pas commandité par Crown Royal mais je ne dirais pas non… haha!

Avez-vous hâte de voyager?

 

Procurez-vous votre masque JE VEUX VOYAGER et partagez le message à tous!

Pin It on Pinterest