2020. La fin d’une carrière et le début d’une nouvelle aventure ?

2020. La fin d’une carrière et le début d’une nouvelle aventure ?

En février 2020, je m’envolais vers Malaga pour y passer 48 heures. Je me souviens être atterrie en Espagne et m’être dit que le décalage horaire commençait sérieusement à m’embêter. Mon lever à l’hôtel avait été pénible. Si j’avais su que c’était ma dernière escale…

Heureusement, j’avais fini par m’obliger à sortir du lit afin de déambuler dans l’une de mes villes préférées. J’ai marché sur la colline du Gibralfaro comme je n’avais jamais fait auparavant. J’ai rejoint la plage. J’ai visité mes boutiques préférées. J’ai senti les odeurs typiques de fritures dans les ruelles étroites de la ville. Oh qu’elles puissent me manquer!

Dans les sentiers pédestres à Malaga

MARS

En mars, j’ai été invitée à la radio avec Patrick Lagacé. J’étais fébrile à l’idée de le rencontrer et de jaser de mon métier. Il m’a demandé de m’exprimer au sujet du coronavirus qui commençait à faire jaser.

Avec mon livre & Patrick Lagacé au 98.5 FM

Les gens voyageaient toujours. La peur n’était pas encore installée. Cette entrevue n’a jamais été diffusée, car du jour au lendemain tout a changé. Et vous savez la suite…

Mon dernier vol fut le 12 mars 2020. Un aller-retour à Punta Cana. Ma journée de 14h avait encore passé tellement vite! Pour moi, être agente de bord était un métier, mais aussi une partie de plaisir. (Même si mes romans vous racontent les pires histoires, je les adorais aussi ces aventures!)

Mon dernier vol le 12 mars 2020

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Quand j’ai vu que les frontières allaient fermer, j’ai sauté dans un avion en direction de Puerto Plata. Je m’y étais installée entre mes vols. Pour moi, ce n’était pas une question. Mon chez-moi était ici à Cabarete. Je ne suis pas encore revenue au Canada depuis. (Lisez mon aventure dans l’article : Vivre dans les Caraïbes en temps de pandémie)

J’ai passé l’année à essayer de ne pas penser au futur de ma carrière dans l’aviation. Mais il faut se rendre à l’évidence. C’est peut-être la fin.

Mon amie Jolyane est venue me visiter avec sa famille dernièrement. Comme des centaines de mes collègues l’ont aussi fait, je lui ai remis ma carte de sécurité aérienne pour qu’elle la remette à la compagnie. Cette carte dont je ne me suis jamais départie depuis 13 ans. Ça m’a fait mal au cœur.

Mon amie Jolyane et moi à Kite Beach – dec 2020

ET LE POSITIF DANS TOUT ÇA?

Car il y en a du positif.

Vivre en République Dominicaine pendant cette crise a été une bénédiction.

J’ai pu m’adapter davantage et voir comment m’intégrer ici de façon à y gagner ma vie à long terme.

J’ai appris à me réinventer comme la plupart de mes collègues de l’aviation en mise à pied. (Lisez leurs PORTRAITS ici)

Comme j’avais ma boutique en ligne au Québec, j’ai offert à mes clients de nouveaux produits pour les satisfaire tel que des T-SHIRTS BORN TO FLY et des masques JE VEUX VOYAGER qui ont récolté un vrai succès pour mon plus grand plaisir! Pour cela, je vous remercie.

Ici en République, j’ai commencé à participer à des marchés locaux avec ma boutique #FLYWITHME. J’ai appris à faire du macramé.

Mon Macramé lors d’un marché à Cabarete

J’ai visité des coins du pays que je ne connaissais pas.

Somme toute, je pense avoir bien surfé la vague du changement…

Je dis souvent que la vie est comme un vol à 36 000 pieds dans les airs. Rien n’est impossible. Tout peut arriver.

2020 nous l’aura prouvé. Mais n’oubliez pas aussi qu’on a tous le choix de sauter dans cet avion afin que l’aventure commence. (au sens figuré)

Joyeuses Fêtes, une bonne année qui s’en vient et au plaisir de vous servir à bord en 2021…

Je vous laisse avec ces images rétrospectives de mon année passée sous les tropiques.

Visite de Laguna Dudu et Playa Grande

Visite de Laguna Dudu et Playa Grande

Située à environ 1h30 de route de Cabarete, la Laguna Dudu est une activité agréable à faire pour une excursion d’une journée.

Je propose de combiner cette activité avec un arrêt à Playa Grande pour y passer le reste de la journée.

Laguna Dudu

LAGUNA DUDU

À Laguna Dudu vous ne pouvez pas apporter de nourriture ni de boissons mis à part votre bouteille d’eau par exemple.

La tyrolienne est inclus dans le prix de l’entrée qui est de 150 pesos par personne.

Environ deux heures pour faire le tour et se baigner un peu dans la grande lagune d’eau douce.

 

 

 

PLAYA GRANDE

Playa Grande est située sur le chemin du retour. C’est une très belle plage calme au sable fin. En arrivant, des serveurs viendront vous voir pour vous demander si vous désirez manger et vous apporter une table à la plage.

Poisson frais à Playa Grande

Les prix sont tous les mêmes alors n’ayez pas peur d’en profiter et de vous gâter! Ils vous apporteront une table et des chaises au lieu que vous aurez choisi et seront à votre service pour le reste de la journée!

Fruits de mer et poissons frais. Une activité que vous ne regretterez pas!

Visionnez le vidéo ci-bas pour vous inspirer!

Bon voyage!

Mes suggestions à Playa Encuentro, République Dominicaine

Mes suggestions à Playa Encuentro, République Dominicaine

Vous planifiez des vacances dans la région de Puerto Plata? Vous dormez peut-être dans un tout-inclus à Playa Dorada? Playa Encuentro est située à seulement 40 minutes de Puerto Plata et vaut le détour pour y passer une journée.

Je vous ai préparé un vidéo qui explique rapidement ce qu’est Playa Encuentro. Ci-bas sont inscrites les informations abordées dans le vidéo. J’espère que ça vous aidera à vous orienter pour vos prochaines vacances! 

Qu’est-ce que Playa Encuentro?

Playa Encuentro est comme le nom l’indique une plage mais on parle aussi du secteur de Playa Encuentro comme un quartier situé à environ cinq minutes du centre de Cabarete.

Pour y accéder, il y a deux entrées depuis la route principale. Dans le quartier de Playa Encuentro, vous trouverez plusieurs appartements et maisons à louer.

La plage qu’en à elle est accessible par deux entrées différentes. L’une où l’entrée est privée et donne accès à tous les restaurants et écoles de surf.

Et une autre publique d’où vous pouvez également accéder aux écoles mais avec moins de restrictions. Vous pourrez par exemple apporter votre lunch en passant par la plage publique. Le coin de la plage publique offre un espace baignable alors que la plage privée est davantage pour le surf et très corailleux. Faites donc attention aux oursins.

Cours de surf

Victor avec une étudiante

La plage Encuentro offre des vagues à l’année longue et est l’endroit idéal pour apprendre à surfer. Regardez les vagues du jour en direct sur Surfline.com ici.

Je vous recommande Victor,  instructeur de surf. Vous pouvez réserver via Airbnb Experience ici ou via son site web, ou what’s app. Les cours sont 45 $US pour deux heures. Vous pouvez également conserver la planche pour la journée si vous le désirez.

Victor offre également des forfaits pour des cours de plusieurs jours. N’hésitez pas à demander.

CONTACTEZ VICTOR

Instagram: victor.surf.cabarete

Site web: bit.ly/victorsurfcabarete

AirBNB experience: Surfer avec un pro de Cabarete

 

 

Où dormir?

Le quartier de Playa Encuentro offre plusieurs appartements et maisons à louer. Je vous invite à visiter Airbnb où la majorité sont offerts sur cette plateforme. Vous avez amplement de choix. Comme ce secteur est situé un peu plus loin du centre, je recommande de louer une voiture ou une moto pour vos déplacements. (Soyez prudents!)

Voici par contre quelques suggestions de logements:

Ocean Palms Residences

Ce complex d’appartements est à mon avis un bon choix. Vous aurez également accès à une grande piscine. Un restaurant est également situé en bas près de la piscine. Beaucoup d’expats vivent dans ce complexe, vous ne serez pas dépaysé. 

Hôtel Encuentro Surf Lodge

Mon hôtel et restaurant préféré à Playa Encuentro. C’est aussi le seul vrai hôtel du quartier. Il est situé juste en face de l’entrée de la plage.

Les chambres sont équipées d’une cuisinette. Le petit-déjeuner est offert. L’hôtel détient une belle piscine et même une garderie à 20$US la journée. 

Visitez leur site web: El Encuentro surf lodge 

Hook Cabarete

Un hôtel surf camp. Si vous êtes davantage de ce type, Hook Cabarete peut être une bonne option. Le complex détient une piscine. Les chambres sont plutôt rustiques avec une cuisinette. L’hôtel peut vous apporter à l’épicerie durant votre séjour. 

Pour terminer, le quartier de Playa Encuentro est un quartier où beaucoup d’expats et de surfeurs ont décidé d’y vivre. C’est un secteur tranquille qui promet.

Pour faire du yoga, Yoga Encuentro est à visiter. Dans le bâtiment, vous avez aussi une boulangerie et des boutiques. Passez faire un tour!

 

Bon voyage!

Anouk rêvait d’être pilote. Un rêve qui vient d’être mis sur pause. Portrait d’une femme pilote qui doit se réinventer.

Anouk rêvait d’être pilote. Un rêve qui vient d’être mis sur pause. Portrait d’une femme pilote qui doit se réinventer.

Cet article fait partie d’une série de portraits dédiés aux membres d’équipage ayant perdu leur emploi à cause de la pandémie.

Anouk, commandante en second sur un Airbus 330, travaille dans l’aviation depuis qu’elle a terminé son cours de pilotage il y a 24 ans. Arrêtée pour la première fois en carrière, elle a dû se réinventer. Portrait d’une femme pilote devenue chauffeuse de poids lourd et massothérapeute.

Anouk dans le poste de pilotage

Devenir pilote sur un gros porteur est un rêve qui demande beaucoup d’efforts avant d’y arriver, d’où te vient ce désir de voler?

En effet, ça m’a demandé énormément d’efforts, de compromis, de temps et d’études.

Mon père qui aimait les avions m’amenait voir des spectacles aériens et on s’assoyait dans les appareils.

J’étais en quatrième année du primaire quand j’ai écrit pour la première fois que je voulais être pilote d’avion.

Au secondaire, quand j’ai dit à la religieuse qui nous enseignait que je souhaitais être pilote, elle m’a répondu que ce n’était pas un métier pour les filles.

Malgré cela, j’ai décidé de poursuivre mon rêve et j’ai choisi d’aller étudier au Cégep de Chicoutimi qui offrait les cours de pilotage et qui acceptait les filles!

Qu’aimais-tu le plus de ton métier de pilote?

L’aventure! J’aimais beaucoup le style de vie que cette carrière me procurait et j’appréciais énormément mes collègues. C’est une grande famille. En sept ou neuf heures de vol, on a le temps d’apprendre à se connaitre.

Dans mes premières années comme pilote (je vole depuis 24 ans), je vivais beaucoup d’aventures au travail. Le nord et ses défis météo, entre autres, me procuraient un bonheur inexplicable. Les gens que j’ai côtoyés là-bas, mes collègues et surtout les Inuit, m’ont appris beaucoup. J’en garde un souvenir incroyable!

Anouk à ses débuts pour Air Inuit

À quoi ressemblaient tes journées de travail avant la pandémie?

Je travaillais environ douze jours par mois, entre 10 à 14 h de vol par jour.

Lors d’une journée typique, je faisais une sieste en après-midi puis je me rendais au travail vers 20h pour décoller vers 22h. Arrivée à destination le lendemain matin, je faisais une sieste à l’hôtel pour récupérer la nuit perdue et j’allais ensuite souper avec les collègues. Puis, dodo à nouveau pour être en forme pour le vol de retour.

L’aspect le plus difficile à gérer dans notre métier est la fatigue.

En route vers une destination du sud

Sur quelles destinations préférais-tu le plus faire escale et pourquoi? 

Ouf! C’est presque impossible d’en choisir une! Je les aime toutes!

Mes coups de cœur :
  • Prague pour son élément mystérieux.
  • Rome pour sa nourriture décadente et l’accent charmant de ses contrôleurs aériens.
  • Malaga en Espagne demeure ma chouchoute je dois avouer.
  • J’aime aussi faire une escale dans le sud et pouvoir y dormir une nuit, ce qui est rare pour moi compte tenu de ma séniorité.

Centre-ville de Prague

Tu as récemment participé avec une collègue au Trophée Roses des Sables, un rallye entièrement féminin au Maroc : qu’as-tu appris de cette aventure?

J’ai participé l’an dernier à cette aventure exceptionnelle avec une amie et collègue de travail.

On a appris à se faire confiance! Et c’est l’une des choses les plus importantes souvent dans la vie. On a atteint certaines de nos limites. On a en aussi dépassées. On a appris qu’on était capable de faire pas mal plus que l’on s’imaginait. On naviguait sans être vraiment certaine, mais en se fiant à nos calculs et à notre intuition, on s’est rarement trompé!

Il y a encore peu de femmes pilotes, t’est-il déjà arrivé de sentir un jugement de la part de tes confrères masculins parce que tu étais une femme?

Très peu. La mentalité a beaucoup changé. Nous représentons 5% des pilotes dans l’industrie en moyenne, mais quand j’ai commencé c’était plutôt 1.5 à 2%.

En début de carrière, j’ai donc été confrontée à des réactions particulières. Une fois, une compagnie ne voulait carrément pas engager de femmes sous prétexte que nous manquions de force physique et émotionnelle!

Un autre employeur pour qui j’ai travaillé pendant onze ans m’avait dit à l’entrevue, on t’engage, mais ne « tombes » pas enceinte! Heureusement, les choses ont changé depuis.

Aujourd’hui, ça me touche quand des passagères ou collègues agentes de bord viennent me dire qu’elles sont très fières de voir une femme piloter l’avion.

Maintenant que tu as été mise à pied comme la plupart du personnel navigant, cela te force à te réinventer, comment comptes-tu y arriver? 

Pour le moment, je suis une formation en réflexologie des pieds et en massothérapie. De plus, je songe à devenir chauffeuse de poids lourd.

Anouk derrière le volant de son camion

Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ? 

L’ultime souhait serait de savoir lorsque je pourrai recommencer à voler. De trouver le courage de passer à travers de cette tempête qui a mis sur pause un métier que je vis avec passion.

Contactez Anouk

Pour recevoir un traitement de réflexologie des pieds par Anouk, contactez-la à partir de la mi-novembre. Elle se trouve dans Les Laurentides.

1 418-410-1395

 

VOUS ÊTES BORN TO FLY?

PROCUREZ-VOUS VOTRE T-SHIRT BORN TO FLY ET PARTAGEZ VOTRE DÉSIR DE VOUS ENVOLER!