Destination voyage

Image du site https://lhotessedelair.com
10 juin 2011
Par Elizabeth Landry

Amateur de vin. DE VINIS ILLUSTRIBUS: une adresse à retenir à Paris

Il y a quelques mois, j’ai rencontré un écrivain américain à Paris. Il était assis seul à la brasserie du coin. Il s’était installé dans un bel hôtel du 5e arrondissement afin d’écrire son roman. Il y était depuis bientôt deux semaines mais n’avait pas encore exploré les environs. Il revenait toujours au même restaurant…

Il s’inquiétait un peu car sa femme venait le rejoindre d’ici quelques jours et il désirait lui faire découvrir un endroit charmant digne de la culture française. Curieusement, cette même journée, en me promenant dans les rues avoisinantes, j’y avais découvert une merveilleuse cave à vin appelée DE VINIS ILLUSTRIBUS. À mon avis, un endroit de rêve pour gâter votre partenaire différemment.

    

Imaginez la journée parfaite avec votre amoureux. Vous vous levez tranquillement et déjeunez près de la Seine, un café à la main. Un peu plus tard, vous déambulez dans les rues de Paris et admirez la colossale cathédrale Notre-Dame. Main dans la main, vous traversez de l’autre côté du fleuve. En chemin, vous scellez votre amour à l’aide d’un cadenas sur la grille d’un pont. Vous croyez que votre amour sera éternel.

  

Une fois de l’autre côté, vous vous perdez dans les petites ruelles du coin et vous en profitez pour faire quelques emplettes. Quelques heures plus tard, il est temps d’aller dîner. Vous vous dirigez alors au 48 rue de la Montagne-Sainte-Geneviève. Vous poussez la porte et entrez.

Voici ce qui vous attend:

• Vos hôtes Lionel et Dominique Michelin vous accueilleront chaleureusement dans leur établissement mythique où le célèbre caviste Jean-Baptiste Besse y a reçu pendant plus de cinquante ans les amateurs de vin du monde entier (Hemingway, Ustinov, etc…)

• Un déjeuner dégustation où vous dégusterez 3 à 4 vins. Le tout accompagné de mets provenant des meilleurs artisans parisiens (charcuteries fines, foie gras, fromages affinés, pâtisseries, etc…)

• Chaque vin dégusté est analysé et commenté par Lionel Michelin: région, cépage, caractéristiques et évolution, accord avec les mets servis.

• Avant de partir, vous pourrez vous procurer quelques bouteilles de vin à prix abordables ou bien une bouteille d’un millésime en particulier, votre année de mariage par exemple! DE VINIS ILLUSTRIBUS est réputé pour ses vins d’anniversaire. Ainsi, si vous vous êtes marié en 1986, Lionel Michelin vous conseillera d’acheter préférablement un vin à base de cabernet-sauvignon, cépage particulièrement réussi dans ce millésime.

Voilà! Gâtez-vous! 

DE VINIS ILLUSTRIBUS

Grands vins – Millésimes rares – Vins de collection

48, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève/ Paris/ www.devinis.fr01 43 36 12 12/ Boutique ouverte du mardi au samedi de 14h à 19h/ Dégustation 7 jours sur 7 en journée ou en soirée sur réservation

FORFAITS:

Les moments autour du vin: dans la journée, dégustation de 2 à 3 vins. Durée 1h à 1h30. À partir de 30 euros par personne.

Les déjeuners-dégustation: dégustation de 3 à 4 vins. Durée environ 2 heures. À partir de 80 euros par personne.

Les dîners-dégustation: dégustation de 4 à 5 vins. Durée environ 3 heures. À partir de 120 euros par personne.

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site https://lhotessedelair.com
30 mars 2011
Par Elizabeth Landry

Macarons de Ladurée à Paris VS Point G à Montréal

À Paris, tout près de notre hôtel d’équipage, se trouve la rue Bonaparte où siège l’un des plus prestigieux salons de thé de Paris, Ladurée. Ce fabricant de petites douceurs offre une variété de rondelettes pâtisseries à la fois croustillantes et tendres appelées macarons.

J’ai toujours refusé d’y goûter car à chaque fois que j’y passais, des dizaines de gens attendaient en file cordée dans la rue pour y entrer. Je me disais que ces macarons devaient être très bons mais je pensais aussi qu’il fallait être vraiment fou pour attendre aussi longtemps pour une gâterie si petite. Et puis un jour, j’ai décidé de devenir folle à mon tour en patientant vingt bonnes minutes pour me procurer quatre macarons à 1.60 € l’unité.

Je ne vous surprendrais sûrement pas en vous disant que ce fût un pur délice. Pourquoi les macarons feraient-ils un malheur sinon? Déjà plusieurs journalistes ont vanté ses atouts, je ne saurais que dire de plus. Ils sont sans gluten, fondent dans la bouche et coûtent la peau des fesses. Quoi écrire alors?

Comme bonne hôtesse de l’air que je suis, j’ai décidé de m’amuser à les comparer à ceux de chez nous! J’en ai donc glissé deux dans ma valise et me suis dépêchée de les rapporter rapido presto au Canada.

Combat de macarons

LADURÉE (Paris) VS LA BOUTIQUE POINT G (Montréal)

Je suis bien consciente que le macaron de la Boutique Point G à Montréal a déjà une longueur d’avance sur son concurrent parisien tant qu’à sa fraîcheur. Pour le critère FRAÎCHEUR TENDRE, les points seront donc accordés en se basant sur ceux que j’aurai croqués immédiatement après achat…

1- FRAÎCHEUR TENDRE (dans le cas échéant, macarons au caramel à la Fleur de Sel pour les deux concurrents)

LADURÉE: Sa croûte est bien croquante. Une simple pression des dents et elle craque rapidement nous dévoilant un intérieur de macaron mou. Quel genre de mou? Un mou mou mais pas un tendre, ni un fondant. Le caramel? Un peu dur. Nos dents frappent alors un caramel trop consistant, ce qui ne me permettra pas de ressentir l’exaltation espérée. Pointage: 8/10

BOUTIQUE POINT G: Sa croûte est bien croquante. Une simple pression des dents et elle craque comme celui de Ladurée. L’intérieur maintenant est vraiment tendre. Le caramel coule sur ma langue. Il fond dans ma bouche. Exaltation espérée accomplie!

Pointage: 10/10

2. DIMENSION DU ROND

LADURÉE & BOUTIQUE POINT G: La grosseur du macaron semblait identique pour les deux concurrents. Même rayon, même diamètre. Bon, je ne suis pas allée jusqu’à mesurer leurs circonférences respectives, mais à l’oeil, ils paraissaient bien similaires. Bravo pour les deux.

Pointage: Nul.

3. LE MIUM MIUM

LADURÉE: Le macaron au citron était une version miniature de la tarte au citron. Le choix parfait pour une amatrice chevronnée de ce dessert. Aucune déception. Un pur délice. Le macaron à la framboise était tout aussi à la hauteur de mes espérances. Un dédale de petits fruits rouges dans ma bouche. Celui au pétale de rose m’a surpris également. Manger des roses c’est tellement huppé! Celui au chocolat était bon, mais comme je l’avais rapporté au Canada, il était un peu sec avec raison. Même chose pour celui à la vanille. Le petit dernier, le macaron à la Fleur de sel, était très sucré. Seul bémol, la dureté du caramel.

Pointage: 9/10

LA BOUTIQUE POINT G: Du côté des macarons montréalais, aucun bémol.  Les variétés sont de plus très variées et beaucoup plus excentriques que le concurrent français. Saveurs au choix: framboise-romarin, lavande-bleuet, lime-basilic, abricot-thé noir etc… Afin de faire une comparaison adéquate, j’ai choisi des parfums similaires.

Ainsi, le macaron à la fleur de sel était tendre et fondant. Le macaron framboise-romarin goûtait étrangement bon. Le macaron au citron rimait avec tarte au citron. Le Choco-Madirofolo était très chocolat. Rien à dire de plus.

Pointage: 10/10

ET LE GAGNANT EST: La Boutique Point G avec un pointage parfait de 30/30.

Félicitations à nos deux concurrents!

 

Boutique Point G

66 rue Mont-Royal Est, H2J1Y3/514-750-7515/Ouvert de 10h à 20h du lundi au samedi et de 10h à 19h le dimanche/ www.boutiquepointg.com/ lepointg@videotron.ca / voir carte

Ladurée

21 rue Bonaparte/Paris/ 01 44 07 64 87/www.laduree.fr/voir carte / Plusieurs autres succursales disponibles

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site https://lhotessedelair.com
25 février 2011
Par Elizabeth Landry

Des requins bouledogues à Playa del Carmen

Tout le monde a peur des requins. J’imagine que vous en aurez encore plus peur dans un instant. Pour tout dire, lorsque vous vous baignez de novembre à mars à Playa del Carmen au Mexique, de gros requins bouledogues nagent à environ une centaine de mètres de vous.

Difficile à croire? Tout comme vous, je n’y croyais pas. J’ai donc décidé de vérifier innocemment par moi-même. Ne vous inquiétez pas, j’en suis revenue saine et sauve. Pourtant, pendant un instant j’aurais juré y rester…

C’est en marchant dans l’une des rues de la touristique ville de Playa del Carmen qu’une curieuse affiche attira mon attention: « Bull Shark Diving ». Ai-je bien lu ? Je ne rêve pas. L’une des plus dangereuses espèces de requins s’installe ici durant l’hiver pour profiter de la chaleur de l’eau plus agréable qu’en haute mer. Pour les voir, il suffit d’avoir sa carte de plongeur certifié et beaucoup d’insouciance.

Depuis plusieurs années, quelques boutiques de plongée sous-marine offrent discrètement l’aventure aux touristes. En bref, personne ne crie haut et fort que de gros requins mangeurs d’hommes barbotent dans l’eau à moins de cinq minutes de bateau. J’imagine que si tout le monde le savait, aucune âme sensée n’irait s’y tremper les pieds.

Même si l’instructeur m’assure qu’aucun plongeur n’ait été attaqué auparavant, je ne suis pas rassurée. Apparemment, j’ai plus de chance de mourir par la chute d’une noix de coco que mordu par un requin. Ayant déjà tenté l’expérience avec d’autres espèces de requins auparavant, je ne doute pas de cette affirmation. Ce qui m’inquiète plutôt, c’est de plonger avec cette espèce là en particulier. Je connais la réputation du requin bouledogue et elle n’est pas de tout repos.

Il est considéré comme le plus imprévisible de toutes les espèces de requins. Il est aussi le seul à tolérer l’eau douce lui permettant de remonter les rivières pour se nourrir. Il a déjà été aperçu dans la rivière Mississippi à plus de mille kilomètres de la côte. Fréquentant les eaux peu profondes, il est ainsi responsable de la majorité des attaques sur l’homme. Il peut mesurer jusqu’à 3,40 m et il possède la dentition d’un T-Rex. Or, allez savoir pourquoi, je tente tout de même l’expérience…

Après seulement dix minutes de bateau, nous arrivons au site. Le plan est simple. Nous descendrons au fond et laisserons le courant nous dériver. Les requins viendront nous voir et repartiront aussitôt. Afin de garder une vue périphérique des environs, nous remonterons dos à dos.

Les plongeurs disent souvent qu’un requin qui se montre désire être vu. Son intention n’est pas d’attaquer car il vous prendrait plutôt par surprise. Dans tous les cas, ces requins font peur. Mon guide ayant mentionné qu’ils apparaîtraient brièvement, je m’inquiète de les voir rôder autour de nous depuis vingt bonnes minutes.

Mes battements de cœur résonnent dans l’eau et les requins le sentent. Je m’efforce de garder mon sang-froid tout en combattant de gros rémoras, ces poissons à ventouses qui s’agrippent généralement aux requins et qui me prennent pour l’un d’eux. Voilà que ce damné poisson se met à sucer mes cheveux qui flottent dans l’eau. Je n’arrive pas à le chasser. Je le frappe et le tire par la queue. Rien ne bouge. Il est résolu à manger mon cuir chevelu et par le fait même, me rendre complètement folle! Après quelques minutes, le guide viendra enfin à ma rescousse.

Les cheveux sous le choc et le coeur battant, les requins rodent toujours autour de nous en groupes rapprochés. Je regarde mon manomètre et je réalise qu’il ne me reste plus beaucoup d’air. Il est enfin le temps de remonter à la surface.

Nous formons maintenant un triangle humain et entamons notre remontée. Les requins nous suivent toujours. Ils montent avec nous. Sous nous. Je suis vulnérable. Une grosse tache noire dans l’eau. Un gros rien pour un requin.

Nous sommes maintenant à mi-chemin entre le fond sablonneux et la surface de l’eau. Je voudrais palmer de toutes mes forces vers le bateau. Je ne peux pas. Mes poumons risqueraient d’exploser. Je n’ai pas le choix, je devrai demeurer la proie durant trois minutes supplémentaires.

Nous, plongeurs, formons toujours un triangle en regardant l’horizon. Le courant nous pousse. Il nous sépare tranquillement et m’éloigne des autres à mon insu. Je suis maintenant en retrait. Et voilà qu’un petit curieux s’approche vers moi.

Quelles sont ses intentions? OPTION 1: me manger? OPTION 2: me goûter? OPTION 3: me faire peur? Je ne le saurai jamais. Tout ce que je sais c’est que lorsqu’un requin décide de foncer, il fonce. Vous n’aurez droit qu’à quelques millisecondes pour voir défiler votre vie sous vos yeux. Vous n’aurez même pas le temps d’avoir peur.

Un requin qui charge sa proie c’est droit. Sa queue balaye l’eau de gauche à droite et soudain, on ne la voit plus. C’est un gros nez qui s’avance trop vite. Il charge tel un taureau dans une corrida.

Mon truc à moi. Me mettre en boule. Honnêtement, rien ne l’aurait arrêté s’il avait vraiment voulu de moi. C’est plutôt lorsque le guide me rapprocha brusquement près de lui que ce gros méchant loup dévia de sa route. Un mètre. Un mince mètre de plus et il me mangeait tout cru. Il ne prit même pas la peine d’ouvrir la bouche. Il se rendit sûrement compte qu’une simple plongeuse incapable de gérer son stress n’en valait pas la peine. Mea Culpa.

Si vous voulez toujours tenter l’expérience. Une adresse.

Abyss Dive Center/www.abyssdivecenter.com/ 1er Avenue entre la 10ieme et 12ieme/ Playa del Carmen/ Mexico/ Tél.: 011-52-984-873-2164

 

Poursuivre la lecture
Partagez!
Image du site https://lhotessedelair.com
12 décembre 2010
Par Elizabeth Landry

Hawaii en images

ALOHA!

Pour le Temps des Fêtes, je vous fais rêver en images. Voici donc un court résumé de mon voyage à Hawaii.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je termine par la plus belle des îles que j’ai visitée: Kaui. Ce n’est donc pas pour rien qu’elle accueille plusieurs productions hollywoodiennes telles que Jurassic Park et le prochain Pirates des Caraïbes qui sortira en 2011.

 

 

 

Mahalo!

 

 

 

Poursuivre la lecture
Partagez!